Evénements

Soumis par admin le dim 07/02/2021 - 21:06

 

2ème Conférence ministérielle annuelle AAA

La sécurité alimentaire face au changement climatique

aaa

Contexte

 

La Seconde Conférence Ministérielle Annuelle AAA a été organisée sous la bannière « La Sécurité Alimentaire face au Changement Climatique ». Elle visait à plaider en faveur des efforts soutenus pour assurer la sécurité alimentaire en Afrique, dans un contexte d’accélération du changement climatique, en mobilisant des ressources financières internationales. La Conférence a rassemblé des institutions financières et techniques de premier plan, en plus des bailleurs de fonds, de représentants du secteur privé, des instituts de recherche et de développement, des universités et des scientifiques, œuvrant tous à promouvoir le renforcement de l’adaptation de l’agriculture africaine au changement climatique. La Conférence a réuni également le comité scientifique de l’Initiative AAA, composé d’experts et de scientifiques internationaux de renom, garantissant la pertinence scientifique et technique de la voie à suivre.

La Seconde Conférence Ministérielle Annuelle AAA a été organisée sur deux jours, les 4 et 5 novembre 2019, accueillie par l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir (Maroc). Durant la première journée s'est tenue une « Journée Scientifique », conduite par le Comité Scientifique de l’Initiative AAA, avec pour objectif d’examiner les principaux problèmes de l’agriculture africaine, ainsi que la voie à suivre pour mobiliser les ressources financières et promouvoir le rôle du secteur privé, de sorte à garantir la sécurité alimentaire. Parallèlement à cette Journée Scientifique, une « Table Ronde des Bailleurs de Fonds » a examiné les moyens de mobiliser les fonds nécessaires à l’identification et à la mise en œuvre de projets agricoles en Afrique. Au cours de la deuxième journée, les ministres africains de l’agriculture se sont réunis pour donner les hautes orientations sur la vision et les itinéraires stratégiques de l’Initiative AAA.

Workshop

Premier dialogue sur la mobilisation des ressources à l'échelle pour soutenir l'adaptation et la résilience de l'agriculture en Afrique.
22 - 23 juillet 2019, Rabat

aaa

Contexte général

L'année 2020 marque le début du premier cycle des contributions déterminées au niveau national (CDN). La période de mise en œuvre du NDC s'étend sur cinq (5) ou dix (10) ans selon l'horizon temporel défini par les pays dans leur soumission. Les actions et mesures identifiées dans le CDN devraient commencer à produire des résultats afin de garantir que les pays atteignent les objectifs et ambitions fixés dans leur CDN d'ici la fin de la période de mise en œuvre. Faisant preuve de leadership et d'ambition en matière d'actions climatiques, les 54 pays ont tous signé l'Accord de Paris et soumis des contributions ambitieuses, conditionnelles et inconditionnelles, déterminées au niveau national (INDCs). Plus de cinquante (50) d'entre eux ont ratifié des CDN ambitieux, avec des besoins d'investissement de l'ordre de 2,5 billions de dollars US, il est crucial que les pays africains soient pleinement engagés dans la mise en œuvre de leurs CDN et obtiennent un soutien significatif et adéquat avec les moyens de mise en œuvre. Le coût total de l'adaptation estimé pour l'ensemble des pays africains est de 7,4 milliards de dollars par an, ce qui correspond à la fourchette de 7 à 15 milliards de dollars par an estimée dans le rapport du PNUE sur les écarts d'adaptation. Depuis les soumissions de leur CDN en 2014, les pays africains ont pris plusieurs mesures pour faire avancer la mise en œuvre de leur CDN communiqué en :

aaa Entreprendre des consultations sur la mise en œuvre des CDN ;

aaa Affiner ou mettre à jour l'analyse qui sous-tend les CDN ;

aaa Élaborer des plans de mise en œuvre ou d'investissement des CDN qui donnent la priorité à des actions sectorielles ou intersectorielles spécifiques ;

aaa Harmoniser leurs actions des CDN avec les priorités politiques nationales ;

aaa Concevoir des mécanismes institutionnels et de coordination pour soutenir l'application des CND ;

aaa Améliorer le cadre réglementaire et institutionnel ;

aaa Identifier et classer les politiques et mesures en fonction de leur priorité ;

aaa Évaluer la manière dont il faut attirer et réorienter les investissements vers des actions climatiques, concevoir des systèmes de contrôle pour évaluer le progrès vers des objectifs des CND etc.

Ces étapes sont importantes. Ce sont des conditions préalables et des catalyseurs nécessaires à la mise en œuvre d'actions efficaces qui doivent être mises en œuvre pour atteindre les objectifs associés au NDC. Cependant, il est nécessaire de mieux comprendre ce qui a été réellement fourni pour une mise en œuvre efficace du CND des pays africains. On attend beaucoup de tous les pays qu'ils atteignent le niveau d'ambition associé à l'Accord de Paris. Tout en progressant vers la mise en œuvre de leur premier CDN, les pays doivent également soumettre en 2020 le CDN du deuxième cycle, ainsi que leurs stratégies à long terme de réduction des émissions conformément à l'article 4:19 de l'Accord de Paris et à la Décision 1/CP.21 par. 35.

Les effets néfastes actuels et prévus du changement climatique constituent un véritable défi pour l'Afrique, ces effets néfastes se sont avérés préjudiciables pour l'économie du continent, ses populations et ses ressources. Plusieurs dirigeants ont exprimé la nécessité de faire de l'action en faveur du climat une priorité absolue dans le programme de développement de tous les États africains, mais les défis à relever pour répondre à ces impératifs multidimensionnels et conflictuels demeurent importants.

Le premier Dialogue sur la mise en œuvre des CDN africains sera l'occasion de faire le point sur la mise en œuvre effective des CDN dans les pays africains. Et de comprendre où en sont les pays dans leur cheminement vers la réalisation des objectifs et des ambitions associés à leurs CDN. L'accent mis sur le secteur agricole aidera les pays à élaborer une stratégie pour faire progresser la mise en œuvre des priorités identifiées dans ce secteur.

 
Les objectifs

aaa Faire le point sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des CDN des pays africains, en mettant l'accent sur les objectifs liés au secteur agricole.

aaa Partager les expériences sur les initiatives et les actions de l'AAA, de l'AAI et des États membres pour faire avancer le programme national sur une agriculture à faibles émissions, résistante au climat et durable.

aaa Étudier les moyens de maximiser les possibilités de financement existantes, y compris le Fonds vert pour le climat, afin de mobiliser des ressources à grande échelle pour une agriculture durable dans le contexte du changement climatique en Afrique.

aaa Identifier le besoin d'appui à des approches efficaces et stratégiques pour relever les défis de l'adaptation de l'agriculture en Afrique.

aaa Promouvoir l'échange d'expériences et d'expertise et établir un cadre de collaboration entre les Etats membres pour le partage d'informations et d'expériences sur la mise en œuvre des CDN à l'appui de l'adaptation du secteur agricole.

Résultats escomptés

A la fin du dialogue, on s'attend à ce que les participants aient appris de AAA, AAI, des experts et d'autres pays, aient développé des orientations stratégiques pour soutenir les progrès de la mise en œuvre de leur CDN, acquis une meilleure compréhension des expériences des autres pays africains et développé une stratégie africaine commune pour soutenir l'Afrique dans la réalisation des objectifs pour le secteur agricole.

aaa
Modalités: Le dialogue est organisé sur 2 jours.

Audience :
- 2 représentants par pays ;
- 1 représentant de l'autorité nationale désignée du GCF ;
- 1 représentant du ministère chargé de l'Agriculture, des experts et partenaires de l'AAI et de l'AAA.

Télécharger l'ordre du jour (PDF)

 

Consultation informelle

Sur les Plans d'investissement dans l'agriculture intelligente pour le climat en Afrique

10 & 11 juin 2019 - Rabat (Maroc)

aaa

Contexte

À l'invitation de l'Initiative AAA et en partenariat avec la Banque mondiale et l'Agence Française de Développement (AFD), une consultation technique informelle s'est tenue les 10 et 12 juin 2019 à Rabat, afin d'identifier les premiers enseignements de la préparation des plans nationaux d'investissement intelligents pour le climat (CSAIP). L'agriculture intelligente face au climat (CSA) vise à assurer la sécurité alimentaire par la réalisation simultanée de trois objectifs : la productivité, l'adaptation au changement climatique et l'atténuation du changement climatique. Les CSAIP, tels que définis par l'initiative AAA, reprennent le concept original de la FAO en matière d'agriculture intelligente face au climat et l'appliquent à la conception d'un portefeuille de projets sur le terrain et bancables dans le secteur agricole, conformément aux contributions nationales et aux stratégies nationales. Déjà en 2017, l'Initiative AAA avait organisé avec la Banque mondiale et NDC-Partnership une première réunion technique sur le thème des CSAIP, afin de lancer la préparation de trois d'entre eux (Côte d'Ivoire, Mali et Maroc). Les CSAIP sont considérés comme un moyen essentiel de promouvoir, au niveau national, des investissements durables dans l'agriculture en Afrique, compte tenu des prévisions relatives au changement climatique.

 

 
 
Les objectifs

L'objectif général de cette réunion de consultation était d'identifier les premiers enseignements tirés des différentes approches techniques utilisées dans la préparation des CSAIP à différents niveaux de préparation et de mise en œuvre, dans 7 pays africains et au Bangladesh. L'objectif intermédiaire est d'aider, par le biais des CSAIP, d'autres pays africains à traduire leurs CDN agricoles en CSAIP - et de mettre en évidence et de renforcer le "contenu CSA" de leur priorité d'investissement agricole. Cette consultation a été conçue comme un exercice de renforcement des capacités des pays et des équipes travaillant sur les CSAIP, avec le soutien d'experts techniques et la participation de représentants d'organismes de financement et de soutien externe qui peuvent potentiellement contribuer à la mise en œuvre des CSAIP.

Modalités: Le dialogue est organisé sur 2 jours.

Cette consultation informelle a connu la participation de plus de cinquante (50) participants de différents pays (Burkina-Faso, Cameroun, Ghana et République du Congo, Côte d'Ivoire, Mali, Maroc, Bangladesh, Lesotho, Zambie, Zimbabwe, etc), des institutions techniques et financières internationales (BM, ISDB, AFD, FAO, NDC-P, US_FAS, ...) et des partenaires nationaux (OCP, UM6P, MAMDA, GCAM).

aaa

 

Colloque scientifique international

Colloque scientifique international
14 JUILLET 2016 - Skhirat (Maroc)

aaa

Le 14 juillet 2016, près de 60 scientifiques internationaux se sont réunis à Skhirat. Une occasion pour eux de partager leurs réflexions scientifiques et de mettre en avant des solutions et bonnes pratiques autour des quatre piliers techniques de l'initiative pour l'Adaptation de l'Agriculture Africaine : gestion des sols, maîtrise de l’eau agricole, gestion des risques climatiques et renforcement des capacités et solutions de financement. Parmi les participants figuraient notamment des représentants du GIEC, de la CCNUC, de la FAO, de l’INRA (Maroc), du Centre International de Développement et Changement Climatique (Canada), d’AfricaRice, du Conseil Général du Développement agricole (Maroc), et de différentes universités africaines.

« Compte tenu des défis, la science est appelée, aujourd’hui plus que par le passé, à apporter les réponses adéquates pour résoudre les problèmes auxquels fait face l’agriculture africaine en raison des changements climatiques. »

Pr Mohamed Badraoui, Directeur de l'INRA, Maroc

 

 

1ère Conférence ministérielle annuelle AAA

Rencontre de Haut Niveau sur l'Initiative AAA
29-30 Septembre 2016 - Marrakech

aaa

Les 29 et 30 septembre derniers s'est tenue la Rencontre de Haut Niveau sur l’initiative AAA à Marrakech, en présence des représentants de gouvernements (ministres africains de l'Agriculture, représentants français, espagnols, américains, etc), d'organisations internationales, d'ONG et d'entreprises. Étaient également présents les bailleurs de fonds, porteurs de projets, scientifiques, experts, leaders d'opinion et journalistes. L'objectif de la rencontre était de présenter les solutions techniques et les bonnes pratiques, d'étoffer l'initiative AAA avec des propositions concrètes en matière de projets et de financement, et surtout d'inciter l'ensemble des parties prenantes à se mobiliser pour que l'Adaptation de l'Agriculture Africaine soit mise au cœur des discussions climatiques.

 

Exposition COP22

Exposition COP22
7-18 Novembre 2016 - Marrakech

aaa

Retrouvez l’initiative AAA durant la COP22 au sein de l’espace exposition "zone verte", tente innovation 2, Stands 401/403, du 7 au 18 novembre à Marrakech (Maroc). Entrée principale du site par l'avenue Mehdi Ben Barka.

La COP22 permettra la mise en œuvre concrète des engagements de l'Accord de Paris qui marque une avancée historique, ainsi que la prise en compte des enjeux spécifiques des pays en développement, en priorité en Afrique. La COP22 sera une "COP de l'action" et une "COP de l'Afrique" . L'initiative AAA a pour objectif de mettre l'Adaptation, l'Agriculture et l'Afrique au cœur des priorités et des discussions de la COP22. L’espace AAA proposera aux participants à la COP22 une expérience immersive permettant de partager les enjeux cruciaux de l'Adaptation de l'Agriculture Africaine aux changements climatiques et de découvrir une sélection de solutions innovantes en phase avec l’AAA.