L'Accord de Paris, lors de la 21ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21, 2015) en France, a unifié la communauté mondiale pour la cause commune de l'adaptation au changement climatique, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la promotion du développement durable. Le défi climatique de l'agriculture en Afrique a été reconnu l'année suivante lors de la COP22 (2016) à Marrakech, au Maroc, où le gouvernement marocain a lancé l'Initiative pour l'adaptation de l'agriculture africaine (AAA) au changement climatique. Cette initiative vise à mettre en évidence les besoins d’investissement pour aider les pays africains à faire face aux risques du changement climatique pour l’agriculture et à se positionner de manière optimale pour un avenir caractérisé par des températures plus élevées, des précipitations incertaines et une fréquence accrue d’événements extrêmes. L’initiative AAA s’appuie sur le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA), lancé en 2003 par l’Union Africaine, qui encourage l’élaboration de plans nationaux d’investissement agricole (PNIA) pour les pays africains. L'élaboration de plans d'investissement dans l'agriculture intelligente face au climat (CSAIP) a été identifiée comme étant importante pour identifier les projets prioritaires climato-résilients en faveur d'un financement. 

L'agriculture climato-résiliente se concentre sur les trois piliers du renforcement de la sécurité alimentaire : (i) augmentation durable de la production, (ii) renforcement de la résilience (adaptation) au changement climatique et (iii) réduction des émissions de gaz à effet de serre, lorsque cela est possible et approprié.

L'agriculture climato-résiliente n’est pas un ensemble de pratiques ; il s'agit d'une approche de sélection et de mise en œuvre de pratiques, de politiques et de services agricoles adaptés au contexte, dans le temps et dans l'espace, et intégrés, de manière à ce qu'ils travaillent ensemble pour maximiser la synergie et minimiser les compromis. Ce qui fonctionne pour un groupe d'agriculteurs - en raison de leur emplacement, de leur culture et de leur situation - peut ne pas fonctionner pour un autre groupe. Un CSAIP efficace nécessite l'évaluation des impacts d'un investissement basé sur le contexte biophysique, agricole et socio-économique d'un lieu donné. 

Ce guide propose un schéma directeur d'un CSAIP. Un CSAIP est un document de planification stratégique et approfondi permettant de proposer des projets de développement agricole à fort potentiel et de haute qualité. Le processus de développement d'un CSAIP tire parti de l'engagement des parties prenantes et du renforcement des capacités en effectuant une analyse de la situation de départ, en répertoriant et en hiérarchisant les investissements potentiels en agriculture climato-résiliente et en développant des conceptions préliminaires et des directives pour la mise en œuvre et le suivi des projets d'investissement. Le résultat est une série d'investissements soutenus par les pays et validés scientifiquement, prêts à être présentés aux investisseurs potentiels.

 

- CSAIP Short Guide (PDF

- CSAIP Development Guide (PDF)